Recherche sur le site

 
 
 

 


 

 

 

La guerre secrète des OGM Hervé Kempf (JNE)

A quelques mois du possible abandon par l'Europe de son fragile moratoire sur les cultures génétiquement modifiées, et tandis que des scientifiques dont les laboratoires fonctionnent souvent avec l'argent des grandes firmes agroalimentaires accentuent leurs pressions intéressées, Hervé Kempf (1) publie le roman noir des OGM. Son bouquin part d'une constatation que l'on peut considérer comme encourageante : " pour la première fois depuis les débuts de la Révolution industrielle, la société humaine a refusé une mutation technologique ". Et notre confrère nous raconte cette histoire qui commence, il y a trente ans, quand de grands trusts multinationaux étaient persuadés qu'ils imposeraient cette " révolution " comme ils en avaient imposées d'autres auparavant.
Ce qui donne sa valeur au livre, c'est la qualité de l'enquête menée par Hervé Kempf qui a remonté l'histoire, d'abord l'histoire américaine, pour nous raconter comment des hommes ont voulu jouer à ce qu'il faut bien appeler " les apprentis sorciers ". Mais il montre aussi pourquoi et dans quelles conditions d'autres scientifiques, dès la fin des années 60 ont expliqué que les expériences menées posaient de nombreux problèmes de sécurité pour la planète, argumentation immédiatement balayées au nom de la " liberté de la recherche scientifique ". Vieil argument encore récemment utilisé par d'autres scientifiques pour tenter de s'opposer à l'inscription du " principe de précaution " dans la future Charte de l'Environnement que le Président de la République veut faire inscrire dans la constitution.

Dans son livre qui ressemble parfois à un roman policier, l'auteur montre comment les doutes se sont installés en Europe, comment ce doute a aussi saisi certains milieux américains. Roman policier car ne manquent ni les coups tordus, ni les pressions ni les intérêts financiers énormes. Kempf rappelle aussi combien le débat a été féroce au sein des ministres et de la gauche française et comment Bernard Kouchner, que l'on a connu plus inspiré dans d'autres domaines, a dit n'importe quoi sur ce sujet. Appuyé, par exemple, par le scientifique Axel Khan : au moment - c'est une belle illustration des méthodes des grandes multinationales - où il vient d'accepter le poste de " Directeur scientifique " de Rhône-Poulenc, doublant, nous explique l'auteur, son salaire de chercheur payé par l' Etat.
Cette outrecuidance, restons polis, explique l'entrée dans la résistance de José Bové et de la Confédération paysanne. Et explique que face aux mensonges des industriels et à la lâcheté des hommes politiques dont bien peu ont essayé de comprendre les enjeux, ces paysans-là ont choisi des méthodes considérées comme illégales.
Mobilisation citoyenne contre mobilisation industrielle et politique au nom d'une mensongère affirmation que les OGM vont permettre de régler le problème de la faim dans les pays du sud, cette suite publique de la bataille est aussi passionnante que celle de la préparation ratée d'une nouvelle " révolution verte ". Et l'on ne peut qu'être d'accord avec la conclusion de l'auteur qui cite une quantité impressionnante de sources et de documents : " La bataille des OGM dessine ainsi le nouveau visage de la mondialisation : uni et solidaire, mais selon des voies qui respectent la variété des cultures et la richesse de chacune ".

A lire absolument. D'autant plus que, peut-être, dans cette affaire, il n'est pas impossible que plusieurs multinationales réussissent à se ruiner…



(1) Journaliste au Monde, chargé des questions d'écologie internationale

Le Seuil (Histoire immédiate), 300 pages, 19 EUR.
(Claude-Marie Vadrot).